Actualités du comité de prospective

9 avril 2018 : Le billet du lundi : L’Europe est notre avenir, mais l’Europe n’en finit pas de nous étonner par son hétérogénéité.

L’Europe est notre avenir, mais l’Europe n’en finit pas de nous étonner par son hétérogénéité.

Un exemple aujourd’hui, la comparaison de l’actualité énergétique au Portugal et en Pologne.

  • Au Portugal, le monde de demain s’annonce prometteur. Nous apprenons en effet qu’en mars, la production d’électricité à partir de technologies renouvelables a dépassé le niveau de la consommation nationale : 4812 GWh contre 4647. C’est une nouvelle saisissante, porteuse de grandes promesses. Bien entendu, cette information ne veut pas dire que le Portugal n’utilise pas d’électricité issue de productions thermiques pendant cette période. Les énergies renouvelables induisent en effet une gestion complexe de l’équilibre production/consommation en temps réel, que l’interconnexion avec l’Espagne a aussi permis de faciliter pendant cette période. Toutefois, le pays proclame qu’en 2040, toute la consommation sera issue de sources renouvelables.
  • En Pologne, vient d’être annoncée il y a quelques jours la construction d’une centrale au charbon de 1000 MW qui doit être mise en service en 2023. Même si le ministre polonais de l’énergie a tenu à préciser que cette centrale au charbon serait la dernière, le projet met en lumière les tensions dans les politiques publiques industrielles, au sein de nombreux Etats, entre souveraineté énergétique et coopération internationale ou régionale, entre engagements internationaux en faveur d’un planète plus vivable et urgences de court terme.

Le 31 mars dernier, EDF fermait sa dernière grande centrale au fuel. La trajectoire européenne vers une industrie bénéficiant de d‘énergies renouvelables peu chères, fiables et utilisables pour le profit de tous est possible. Les contrastes de pays à pays, de secteur à secteur, ne doivent pas assombrir notre enthousiasme collectif pour un avenir plus durable.

02 avril 2018 : Le billet du lundi : L’Intelligence artificielle avenir de l’énergie ?

La semaine dernière a été marquée par la sortie du rapport du député Cédric Villani, membre du Comité prospective de la CRE, sur l’avenir de l’intelligence artificielle. Comme tous les chocs technologiques, la société peut accueillir avec confiance ou défiance, bénéfices pour quelques-uns ou pour tous, les fruits de cette innovation.

Le rapport Villani tente de faire partager, par la maîtrise et l’orientation appliquée de ces technologies, l’enthousiasme devant leurs promesses. La révolution n’en est qu’à ses prémisses, mais c’est dès d’aujourd’hui qu’il faut l’intégrer dans les secteurs stratégiques dont la défense, le transport, la santé, l’agriculture et bien évidemment l’énergie. Le rapport prévient que la France investit trop peu dans ce domaine et aborde plusieurs axes et actions urgentes pour maitriser les techniques de l’IA avec notamment un meilleur accès aux données. L’ambition est un effort majeur, public, privé, de recherche et de développement, pour que toute l’économie s’approprie cette révolution.

Au-delà du rapport Villani, l’IA peut faciliter le passage à une économie plus verte : les technologies neuromorphiques portent en elles des économies d’énergie considérables pour le verdissement de la chaîne de valeur et l’accompagnement de la transition écologique européenne.

L’IA pourra ainsi aider à mieux anticiper et gérer, à toutes les échelles de temps, la production des énergies renouvelables, dont l’intermittence met les acteurs de l’énergie devant de nombreux défis (décalage horaire entre production et consommation, gestion des écrêtages, disjonction entre capacités installées et consommation, dimensionnement des réseaux). L’optimisation de la gestion des stockages sur toute la chaîne de l’électricité est également un problème d’une grande complexité, que l’IA pourra traiter avec efficacité.

L’IA pourra également aider à consolider les réseaux et les technologies électriques : la maintenance en sera facilitée et l’exploitation des données, grâce aux capteurs et aux compteurs intelligents, pourra faciliter le service des collectivités locales, des entreprises, des opérateurs et des gestionnaires pour s’adapter avec finesse aux besoins des citoyens.

L’IA pourrait enfin aider à bouleverser le visage de nos villes, encore trop marquées par les difficultés, pour de larges pans de la population, en matière de transport et de mobilité. La mobilité autonome, la mobilité partagée, sont aujourd’hui des défis à réussir pour réduire le gaspillage d’énergies et améliorer la qualité de la vie. Il est sans doute aisé de le faire pour les plus riches : il faut le réussir pour toute la ville.

Les transformations technologiques profondes que nous connaissons ne sont bien entendu pas exemptes de risques. Les monnaies virtuelles, et notamment le bitcoin, ont des consommations énergétiques non maîtrisées à ce jour, au-delà des instabilités financières et de confiance possibles. La multiplication des serveurs et data centers induit de nouvelles sources de consommation d’énergie potentiellement exponentielles qui devront être gérées intelligemment.

Ces évolutions ne doivent pas nous inquiéter : pour les offrir au bénéfice de tous, il faut juste se préparer à leur présence dans nos vies quotidiennes.

En tout cas, le Comité de prospective de la CRE intégrera les propositions sur l’IA dans ses futurs travaux. En effet, l’IA peut constituer un instrument décisif pour réaliser des promesses d’amélioration attendues depuis longtemps dans le secteur énergétique.

L’IA participe à une nouvelle donne : il devient de plus en plus possible de convoquer le progrès pour réaliser des ambitions jadis irréalisables. Des entreprises pourront très vite s’engager à produire, à innover, à construire, à surprendre, sans remettre en cause les ressources de notre planète. Certaines ont déjà pris l‘engagement d’assurer 100% de leur consommation énergétique par des énergies renouvelables. Comme toutes les révolutions, c’est de la volonté des femmes et des hommes que dépendent leur réussite et la réalisation harmonieuse de leurs promesses.

26 mars 2018 : Le billet du lundi

Le 22 mars 2018, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) fait état d’une hausse de 1,4% en 2017 des émissions mondiales de gaz carbonique liées à l'usage de l'énergie. Après trois ans de stagnation, ce chiffre nous rappelle que le combat contre le réchauffement climatique est loin d’être gagné. Les raisons de cette hausse sont connues : des combustibles fossiles à bas prix, une croissance économique mondiale en hausse et des Etats dont la politique de réduction des émissions s’avère souvent timide. Cette hausse est due, pour les deux tiers, aux pays asiatiques, malgré les efforts chinois d’investissement dans les énergies propres.

Pourtant, la lutte pour réussir la transition énergétique enregistre des succès prometteurs. Un exemple de cette semaine : un parc éolien offshore, en Europe, dont l’engagement se fait sans soutien public. Le gouvernement néerlandais a en effet retenu l’entreprise suédoise Vattenfall à la suite d’un appel d’offres pour la construction d’un parc d’éoliennes offshore à 22 km des côtes du pays. D’une capacité de 750MW, le parc est attendu pour 2022.

La tendance des prix des projets d’énergie renouvelables est à la baisse. Toutes les technologies du secteur révèlent des progrès de fiabilité, de coût et d’utilisation très encourageants. Les marchés européens seront de plus en plus en mesure d’accueillir des investissements dans ces technologies d’avenir sans qu’ils résultent d’un entrelacs compliqué entre soutien public, complications réglementaires, délais complexes et pression des opinions publiques.

Que ces avancées et innovations bénéficient à tous les citoyens et consommateurs constitue évidemment le grand défi des années qui viennent. Les grands chantiers mondiaux qui viennent, la croissance mondiale, l’électrification de l’Afrique, la satisfaction des besoins énergétiques des pays en développement dans le respect des objectifs de l’Accord de Paris, en seront confortés.

23 mars 2018 : 5e réunion du groupe de travail « Mobilités propres et mix énergétique »

La cinquième réunion du groupe « Mobilités propres et mix énergétique » du Comité de prospective de la CRE s’est tenue le 23 mars 2018. Une vingtaine de membres du groupe de travail ont débattu sur les scénarios possibles et l’impact de l’intégration de l’électromobilité au sein du système électrique.

Lors de cette réunion, le groupe de travail a auditionné les personnes suivantes :

  • Jean-Baptiste Galland, Directeur stratégie, ENEDIS
  • Thomas Veyrenc, Directeur marchés et régulations, RTE
  • Antoine Mora, Président, Freshmile
  • Felix von Pechmann, Chef de projet bus électrique, RATP

Les échanges ont notamment porté sur les projections et la stratégie des opérateurs de réseaux pour le développement de la mobilité électrique, sur la gestion des infrastructures de recharge des véhicules électriques, ainsi que sur le cas du transport de personnes en région parisienne.
La prochaine réunion du GT « Mobilités propres et mix énergétique » se déroulera le 9 avril 2018.

16 mars 2018 : 5e réunion du groupe de travail « Réseaux et systèmes énergétiques »

La cinquième réunion du groupe « Réseaux et systèmes énergétiques » du Comité de prospective de la CRE a eu lieu le 16 mars 2018. Une vingtaine de membres du groupe de travail ont débattu des problématiques liées au stockage, brique essentielle à la transition énergétique.

Lors de cette réunion, le groupe de travail a auditionné les personnes suivantes :

  • Antoine Guillou, UFE, conseiller Réseaux et marchés
  • Sophia Elasri, UNIDEN, vice-présidente commission électricité
  • Manon Dirand et Natacha Hakwik, membres de LUCIOLE
  • Christophe Brognaux, Boston Consulting Group, senior partner and managing director
  • Sébastien Lacombe, Storengy, responsable du pôle stratégie et Marc Jedliczka, NégaWatt, fondateur et responsable stratégie

Les échanges ont notamment porté sur les solutions apportées par l’effacement industriel, les différents modèles de marché du stockage de l’électricité et le « power-to-gas » notamment grâce au processus de méthanation.

La prochaine réunion du GT « Réseaux et systèmes énergétiques » se déroulera le 13 avril 2018.

9 mars 2018 : 5e réunion du groupe de travail « Consommateurs d’énergie et transformation numérique »

La cinquième réunion du groupe « Consommateurs d’énergie et transformation numérique » du Comité de prospective de la CRE s’est tenue le 9 mars 2018. Une trentaine de membres du groupe de travail ont débattu de la transformation numérique et l’énergie décentralisée.

Lors de cette réunion, le groupe de travail a auditionné les personnes suivantes :

  • Pierre-François Chenu, ENGIE, directeur des relations externes, BU France BtoC
  • Nicolas Wojnarowski, Enedis, département « collectivité et territoires »
  • Chantal Degand, EDF, direction développement pilotage synergies
  • Jean-Pierre Gory, GRTgaz, directeur commercial adjoint

Les échanges ont notamment porté sur les conditions du développement de l’autoconsommation, et son insertion dans les réseaux, ainsi que la gestion d’un système énergétique multi-énergies, multi-territoires et multi-acteurs.

La prochaine réunion du GT « Consommateurs et société » se déroulera le 20 avril prochain.

23 février 2018 : 4e réunion du groupe de travail « Mobilités propres et mix énergétique »

La quatrième réunion du groupe « Mobilités propres et mix énergétique » du Comité de prospective de la CRE s’est tenue le 23 février 2018. Une vingtaine de membres du groupe de travail ont débattu sur les tendances du marché de la mobilité, et plus particulièrement du véhicule électrique.

Lors de cette réunion, le groupe de travail a auditionné les personnes suivantes :

  • Catherine Girard (Renault) et Nicolas Leclere (PSA), PFA, Filière Automobile et mobilité
  • Jean-Baptiste Séjourné, Directeur de la régulation, ENGIE
  • Nicolas Paquin, Directeur Marketing, division Transports, SAFT
  • Carole Mathieu, Chercheuse à l’Institut Français des Relations Internationales (IFRI), auteure du rapport « La course aux batteries : quelles ambitions pour l’Europe ?

Les échanges ont notamment porté sur les perspectives d’évolution du marché automobile à l’horizon 2030 et le développement des véhicules électriques et hybrides, sur les perspectives d’évolution des prix et des performances des batteries, ainsi que sur les aspects industriels et stratégiques de la filière de fabrication des batteries électriques.

La prochaine réunion du GT « Mobilités propres et mix énergétique » aura lieu le 23 mars 2018.

16 février 2018 : Mission d'étude en Californie

La démarche prospective de la Commission de régulation de l’énergie intègre une dimension internationale. Inventer l’avenir, c’est aussi s’inspirer des méthodes, énergies, innovations et créations de partenaires étrangers, qui rencontrent souvent les mêmes défis que nous.

Lire la suite sur le blog de la CRE

16 février 2018 : 4e réunion du groupe de travail « Consommateurs et société »

Le 16 février dernier, le groupe de travail « Consommateurs et société » du Comité de prospective a tenu sa quatrième réunion sur le sujet « la consommateur d’énergie et la transformation numérique » dans les locaux de la CRE.

Une trentaine de membres du groupe de travail ont débattu sur le développement de nouvelles offres décentralisées de production, d’autoconsommation, de stockage et de services innovants, facilitées par la transformation numérique.

Lors de cette réunion, le groupe de travail a auditionné les personnes suivantes :

  • François Sonnet, co-fondateur d’ElectriCChain
  • Albert FERRARI, responsable des relations institutionnelles d’Enercoop
  • Ondine SUAVET, Audrey ZERMATI, Clara TREVISOL, membres de l’association Luciole
  • Raphaël MEYER, co-fondateur de Lancey energy storage
  • Jean LATAPY, consultant E-Cube

Les échanges ont porté sur les outils digitaux au service des modèles de production d’énergie décentralisée et au service des consommateurs, sur les liens de ces nouvelles offres avec la gestion optimale des réseaux, ainsi que sur la nouvelle complexité liée à l’autoconsommation individuelle et collective et les évolutions qui pourraient être nécessaires dans les règles d’accès aux réseaux.

La prochaine réunion du GT « Consommateurs et société » se déroulera le 9 mars 2018.

16 février 2018 : 4e réunion du groupe de travail « Réseaux et systèmes énergétiques »

Le groupe de travail « Réseaux et systèmes énergétiques » du Comité de prospective a tenu sa quatrième réunion le 16 février 2018 dans les locaux de la CRE, sur le sujet du stockage de l’énergie.

Autour de la table, une trentaine de membres du groupe de travail ont échangé et débattu sur la flexibilité actuelle et future du système électrique, ainsi que sur le rôle des marchés organisés pour développer le potentiel du stockage.

Lors de cette réunion, le groupe de travail a auditionné les personnes suivantes :

  • Jacques MERLEY, EDF
  • Philippe DAGUZAN, Enedis et Didier REBISCHUNG, Uneleg
  • Philippe VASSILOPOULOS, EPEX SPOT

Les échanges ont notamment porté sur les capacités de flexibilité existant dans le système électrique actuel, ainsi que sur les perspectives des réseaux de distribution à l’horizon 2030 en ce qui concerne les besoins et les ressources de flexibilité. L’importance du signal prix pour valoriser au mieux le stockage et les perspectives d’évolution vers des marchés organisés locaux de flexibilité sur les réseaux de distribution en Europe ont également fait l’objet d’échanges.

La prochaine réunion du GT « Réseaux et systèmes énergétiques » aura lieu le 16 mars 2018.

26 janvier 2018 : 3e réunion du groupe de travail « Mobilités propres et mix énergétiques »

La troisième réunion du groupe « Mobilités propres et mix énergétique » du Comité de prospective de la CRE s’est tenue le 26 janvier 2018. Une vingtaine de membres du groupe de travail ont débattu sur les perspectives des biocarburants et du gaz naturel dans la mobilité propre, ainsi que sur les enjeux du transport de marchandises et de la logistique urbaine.

Lors de cette réunion, le groupe de travail a auditionné les personnes suivantes :

  • François KALAYDJIAN, IFP Energies Nouvelles
  • Madeleine LAFON, Association Française du gaz
  • Benoît DALY, Fédération Nationale des Transports Routiers
  • Charles POUTIERS, Groupe La Poste

Les échanges ont notamment porté sur les avantages et points faibles spécifiques de chaque technologie et type de carburant en fonction des différents usages, ainsi que sur la nécessité de prendre en compte les caractéristiques des secteurs concernés pour définir les politiques publiques en faveur des mobilités propres.

La prochaine réunion du groupe « Mobilités propres et mix énergétique » aura lieu le 23 février prochain.

19 janvier 2018 : 3e réunion du groupe de travail « Consommateurs d’énergie et transformation numérique »

Le 19 janvier, s’est tenue la troisième réunion du groupe de travail « Consommateurs d’énergie et transformation numérique » du Comité de prospective de la CRE.

Autour de la table se sont réunis une trentaine de membres du groupe de travail qui ont débattu sur l’impact du numérique sur la relation entres les fournisseurs d’énergie, les gestionnaires de réseau et les consommateurs.


Lors de cette réunion, le groupe de travail a auditionné les personnes suivantes :

  • Chantal Degand, EDF
  • Olivier Roland, Enedis
  • Hannah Besser, GRDF
  • Nicolas Fléchon, Gaz Electricité de Grenoble
  • Frédérique Coffre, Médiateur National de l’Energie
  • Manon Molins, Fondation Internet Nouvelle Génération

Les échanges ont notamment porté sur le rôle de plus en plus actif qu’auront les consommateurs à l’avenir, la digitalisation des parcours clients, les défis et opportunités ouverts par le partage des données et l’expérimentation Vivacité au sein de la métropole grenobloise.

La prochaine réunion du GT3 sur le consommateur d’énergie et la transformation numérique aura lieu le 16 février prochain.

19 janvier 2018 : 3e réunion du groupe de travail « Réseaux et systèmes énergétiques »

Le 19 janvier, s’est tenue la troisième réunion du groupe de travail « réseaux et systèmes énergétiques » du Comité de prospective de la CRE qui a pour premier thème de travail « le stockage ».

Autour de la table, une trentaine de membres du groupe de travail ont débattu et confronté leurs perspectives du secteur, en particulier sur trois sujets porteurs : les batteries, l’hydrogène et de façon plus générale la valorisation du stockage de l’électricité.


Lors de cette réunion, le groupe de travail a auditionné les personnes suivantes :

  • Michael Lippert, SAFT
  • Guillaume de Smedt, Air Liquide au titre du Conseil de l’hydrogène
  • Philippe Boucly, GRTgaz au titre de l’AFHYPAC
  • David Marchal, ADEME
  • Antoine Derreudre, CRE

Les échanges ont porté sur la vision du marché des batteries, sur les perspectives des systèmes énergétiques utilisant le vecteur hydrogène, ainsi que sur les modèles économiques du stockage d’électricité et le rôle des signaux de prix.

La prochaine réunion du GT2 sur le stockage aura lieu le 16 février prochain.