Le billet du lundi : Et si la lutte contre le changement climatique passait par les entreprises ?

La société Apple, première capitalisation mondiale avec environ 900 milliards de dollars, vient d’annoncer qu’elle se fournit désormais avec 100% d’électricité renouvelable, pour l’ensemble de ses bureaux, magasins, data centers dans 43 pays. Tout aussi intéressant, Apple recommande désormais à ses fournisseurs et sous-traitants de faire de même et indique que se fournir avec de l’électricité verte pourrait devenir un critère obligatoire à l’avenir pour rester fournisseur d’Apple. Google a fait une annonce similaire récemment.

Au moment où le secteur du numérique est fréquemment montré du doigt pour sa consommation d’électricité en forte croissance, de telles annonces montrent que les entreprises leaders prennent conscience du problème et cherchent à limiter leur impact écologique. Le monde numérique n’est d’ailleurs pas le seul à entrer dans une démarche de ce type : l’initiative Renewable Energy 100 (RE 100) rassemble 131 entreprises multinationales qui se sont engagées à aller vers un approvisionnement en électricité 100 % renouvelable. Six entreprises françaises adhèrent d’ores et déjà à cette initiative : Danone, le Crédit Agricole, le Groupe l’Occitane, AXA, La Poste et Schneider Electric.

Bien évidemment, ces initiatives ne résoudront pas à elles seules tous les problèmes de mix électrique et d‘émissions de CO2. Et certains diront que les entreprises concernées n’agissent pas par philanthropisme mais cherchent surtout à soigner leur image à peu de frais.

Il n’en demeure pas moins que ces démarches vont dans le bon sens. Quelles que soient leurs motivations, ces grandes entreprises répondent à une attente de leurs clients et du public et, ce faisant, contribuent à nourrir le débat et à faire bouger les choses. Nos sociétés sont de plus en plus exigeantes et conscientes du risque climatique, et la pression des citoyens et des opinions publiques jouera un grand rôle dans la lutte contre le changement climatique. Il est significatif que des grandes entreprises américaines soient en pointe dans ce mouvement, alors que le gouvernement fédéral des États-Unis a annoncé son retrait de l’Accord de Paris.