Le billet du lundi : L’Europe est notre avenir, mais l’Europe n’en finit pas de nous étonner par son hétérogénéité.

L’Europe est notre avenir, mais l’Europe n’en finit pas de nous étonner par son hétérogénéité.

Un exemple aujourd’hui, la comparaison de l’actualité énergétique au Portugal et en Pologne.

  • Au Portugal, le monde de demain s’annonce prometteur. Nous apprenons en effet qu’en mars, la production d’électricité à partir de technologies renouvelables a dépassé le niveau de la consommation nationale : 4812 GWh contre 4647. C’est une nouvelle saisissante, porteuse de grandes promesses. Bien entendu, cette information ne veut pas dire que le Portugal n’utilise pas d’électricité issue de productions thermiques pendant cette période. Les énergies renouvelables induisent en effet une gestion complexe de l’équilibre production/consommation en temps réel, que l’interconnexion avec l’Espagne a aussi permis de faciliter pendant cette période. Toutefois, le pays proclame qu’en 2040, toute la consommation sera issue de sources renouvelables.
  • En Pologne, vient d’être annoncée il y a quelques jours la construction d’une centrale au charbon de 1000 MW qui doit être mise en service en 2023. Même si le ministre polonais de l’énergie a tenu à préciser que cette centrale au charbon serait la dernière, le projet met en lumière les tensions dans les politiques publiques industrielles, au sein de nombreux Etats, entre souveraineté énergétique et coopération internationale ou régionale, entre engagements internationaux en faveur d’un planète plus vivable et urgences de court terme.

Le 31 mars dernier, EDF fermait sa dernière grande centrale au fuel. La trajectoire européenne vers une industrie bénéficiant de d‘énergies renouvelables peu chères, fiables et utilisables pour le profit de tous est possible. Les contrastes de pays à pays, de secteur à secteur, ne doivent pas assombrir notre enthousiasme collectif pour un avenir plus durable.