Le billet du lundi : L’Intelligence artificielle avenir de l’énergie ?

La semaine dernière a été marquée par la sortie du rapport du député Cédric Villani, membre du Comité prospective de la CRE, sur l’avenir de l’intelligence artificielle. Comme tous les chocs technologiques, la société peut accueillir avec confiance ou défiance, bénéfices pour quelques-uns ou pour tous, les fruits de cette innovation.

Le rapport Villani tente de faire partager, par la maîtrise et l’orientation appliquée de ces technologies, l’enthousiasme devant leurs promesses. La révolution n’en est qu’à ses prémisses, mais c’est dès d’aujourd’hui qu’il faut l’intégrer dans les secteurs stratégiques dont la défense, le transport, la santé, l’agriculture et bien évidemment l’énergie. Le rapport prévient que la France investit trop peu dans ce domaine et aborde plusieurs axes et actions urgentes pour maitriser les techniques de l’IA avec notamment un meilleur accès aux données. L’ambition est un effort majeur, public, privé, de recherche et de développement, pour que toute l’économie s’approprie cette révolution.

Au-delà du rapport Villani, l’IA peut faciliter le passage à une économie plus verte : les technologies neuromorphiques portent en elles des économies d’énergie considérables pour le verdissement de la chaîne de valeur et l’accompagnement de la transition écologique européenne.

L’IA pourra ainsi aider à mieux anticiper et gérer, à toutes les échelles de temps, la production des énergies renouvelables, dont l’intermittence met les acteurs de l’énergie devant de nombreux défis (décalage horaire entre production et consommation, gestion des écrêtages, disjonction entre capacités installées et consommation, dimensionnement des réseaux). L’optimisation de la gestion des stockages sur toute la chaîne de l’électricité est également un problème d’une grande complexité, que l’IA pourra traiter avec efficacité.

L’IA pourra également aider à consolider les réseaux et les technologies électriques : la maintenance en sera facilitée et l’exploitation des données, grâce aux capteurs et aux compteurs intelligents, pourra faciliter le service des collectivités locales, des entreprises, des opérateurs et des gestionnaires pour s’adapter avec finesse aux besoins des citoyens.

L’IA pourrait enfin aider à bouleverser le visage de nos villes, encore trop marquées par les difficultés, pour de larges pans de la population, en matière de transport et de mobilité. La mobilité autonome, la mobilité partagée, sont aujourd’hui des défis à réussir pour réduire le gaspillage d’énergies et améliorer la qualité de la vie. Il est sans doute aisé de le faire pour les plus riches : il faut le réussir pour toute la ville.

Les transformations technologiques profondes que nous connaissons ne sont bien entendu pas exemptes de risques. Les monnaies virtuelles, et notamment le bitcoin, ont des consommations énergétiques non maîtrisées à ce jour, au-delà des instabilités financières et de confiance possibles. La multiplication des serveurs et data centers induit de nouvelles sources de consommation d’énergie potentiellement exponentielles qui devront être gérées intelligemment.

Ces évolutions ne doivent pas nous inquiéter : pour les offrir au bénéfice de tous, il faut juste se préparer à leur présence dans nos vies quotidiennes.

En tout cas, le Comité de prospective de la CRE intégrera les propositions sur l’IA dans ses futurs travaux. En effet, l’IA peut constituer un instrument décisif pour réaliser des promesses d’amélioration attendues depuis longtemps dans le secteur énergétique.

L’IA participe à une nouvelle donne : il devient de plus en plus possible de convoquer le progrès pour réaliser des ambitions jadis irréalisables. Des entreprises pourront très vite s’engager à produire, à innover, à construire, à surprendre, sans remettre en cause les ressources de notre planète. Certaines ont déjà pris l‘engagement d’assurer 100% de leur consommation énergétique par des énergies renouvelables. Comme toutes les révolutions, c’est de la volonté des femmes et des hommes que dépendent leur réussite et la réalisation harmonieuse de leurs promesses.